À ​​​​​l’origine, un battement cardiaque est dû à une pulsion électrique. À l’origine, une photographie est un déplacement de photons sur une surface sensible. C’est en liant ces deux idées et à partir des recherches d’Étienne-Léopold Trouvelot et de Hiroshi Sugi-moto que Paul Baudon a eu l’idée de déclencher des clichés directement à partir du rythme cardiaque.



Explications techniques :
Les battements cardiaques sont amplifiés de façon sonore, afin de déclencher à partir d’un commutateur sensible aux fréquences basses, un arc électrique sur du papier RC. ​​​​​​​
LES PROJETS MENÉS : 

- Saint-Girons à cœur - Octobre 2021 :

Avec ce point de départ l'objectif a donc été de mener un projet plus large, mariant trois pratiques photographiques différentes (portrait numérique, sténopé, déclenchement cardiaque) . Tout en renouant avec une pratique artisanale et artistique, il a été question avec les habitant-e-s la ville de Saint-Girons de créer un triptyque au seins duquel été illustré ce rapport au territoire. Celui-ci se composant, alors, du portrait du/de la participant-e, associé à la photographie de son cœur, puis à la prise de vue au sténopé des enfants ayant participé. 

Ainsi, tout en proposant une redécouverte de la ville à ses habitant-e-s, l'idée était de cocréer une œuvre d'art sensible, participative et transgénérationnelle.

 ​​​​​​



Ensuite, un des photographes du collectif se chargeait de construire un portrait numérique de la personne en question , de façon à faire discuter les prises de vues sur ce qu'elles évoquent et questionnent. 
Et pour finir, le collectif a accueillit des groupes scolaires et périscolaires afin de leur proposer un atelier autour du sténopé ( objet photographique artisanal composé d’une boite de fer et renfermant du papier argentique ).
Toujours par le biais de la prise de vue argentique, cette pratique requiert des notions de patience, de concentration et de suivi d'un protocole. Afin de faire communiquer les différentes démarches évoquées, il était demandé aux enfants d'essayer, par la photographie, d'imagé les différents souvenirs des précédents participant-e-s. De cette façon, et par la mise en place d'une déambulation dans la ville,


En effet,  entre le public passant le matin et l’accueil de groupes scolaires et périscolaires l’après-midi, il été question d'interroger les habitant-e-s sur leur rapport à leur ville au travers d’un concept de prise d’image originale. ​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​
Back to Top